Quelles tenues pour être la it-girl de la Fashion Week parisienne?

 

FullSizeRender
Pinterest

Big news : la semaine dernière, en entrant dans l’ascenseur, je me trouve nez à nez avec les deux grandes commères de mon immeuble.

Un monsieur du deuxième étage aurait attrapé la tuberculose et serait hospitalisé depuis près de 20 jours.

Pour ma part, le mot TUBERCULOSE n’est pas tombé dans l’oreille d’une sourde. Dès le lendemain, j’ai commencé à marquer des signes de fièvre. À ce moment, je me suis dit que ma vie était terminée… Tout en sachant que mon billet pour la première édition de la fashion week auprès de TRANOÏ démarre bientôt…

Continuer de lire « Quelles tenues pour être la it-girl de la Fashion Week parisienne? »

Publicités

Boîtes à bijoux

428168-800w
Éditorial, Bijoux Nouveaux / Magazine Interview Germany/ Juin 2015

J’ai cette étrange sensation.

Je tente de me convaincre que l’Été arrive à grands pas. 

Un instant, dans un parc, je pose mon regard sur les premiers bourgeons et le vol des oiseaux. 

Certes, je suis heureuse face à tant de végétations, néanmoins, je regrette que mon regard ne  se soit  posé sur  de la neige. Durant l’ hiver, je l’ai attendue chaque matin . De voir au réveil, la blancheur recouvrit la terre, les bâtiments, les arbres, et même mon âme. Oui, un peu comme l’attente du Père Noël même si j’ai conscience que ce grand monsieur n’existe pas. 

428169-800w
Éditorial, Bijoux Nouveaux / Magazine Interview Germany / Juin 2015

En plein hiver, j’ai ce souvenir de mettre retrouvée entourer d’une neige intacte et d’un ciel grisonnant  où seuls les réverbères s’illuminaient comme des petites étoiles.

Continuer de lire « Boîtes à bijoux »

À quand la fin des friperies ?

l4_670
Photographiée par Alice Rosati pour Lampon Magazine
Schermata-2015-09-16-a-11.12.27_670
Photographiée par Alice Rosati pour Lampon Magazine

Aujourd’hui, je suis heureuse à la vue de ce beau soleil printanier. Je n’ai de cesse de fredonner le refrain de cette chanson « Automatic ». Elle provient d’un groupe coréen   « Red Velvet ». Je vous fais une traduction un peu bricolée du refrain, la voici :

« J’adore la façon dont tu emballes mon cœur, tout en me protégeant.

Je ne le savais pas auparavant, cela vient automatiquement .

 Mes sens évoluent à chacun de tes  mouvements.

 Cela vient simplement et naturellement.

Oui cela vient simplement et automatiquement. »

Ses paroles sont une ode à  mon profond amour pour les vêtements.

En même temps, il souligne ma fuite automatique face aux friperies ! 

Le vêtement seconde-main aussitôt dans mes mains, je le repose  tout naturellement à sa place et  je cherche rapidement la sortie de secours !

Continuer de lire « À quand la fin des friperies ? »